Encore plus partout, tout le temps. Maxence Tual une plate et un faisan à la main, face à Mélanie Bestel. Assis devant un papier-peint aux motifs végétal

Jean-Louis Fernandez

Encore plus, partout, tout le temps

Le mot du comité écothèque

En prenant à bras-le-corps la réflexion écologique dans le processus comme sur scène, Encore plus, partout, tout le temps met en abyme les initiatives individuelles, sociales et politiques, et les limites ressenties. Ce processus scénographique est inspirant par le volontarisme et la radicalité de la démarche, sa dimension collective et sa résonance avec la création elle-même.

Publié par Kristelle Paré le 22/03/2024, mis à jour le 29/03/2024


Type de projet

Domaine artistique

Arts vivants

Régions

Île-de-France

Description du projet

Ce projet répond à une nécessité de faire un spectacle qui investit le terrain de l'écologie, du développement durable, du catastrophisme ambiant, du patriarcat... et dissèque nos habitudes, à toutes les strates de la société, avec discernement, humour et beaucoup d'autocritique !

La scénographie fut élaborée, comme le spectacle, dans le désir d'être le plus cohérent possible avec ce que nous traversions, avec nos nécessités et nos questionnements. Nous avons tenté, par nos choix, d'être le plus écologique possible tout en portant des désirs plastiques et dramaturgiques forts et aussi justes que possible.

Nous souhaitions construire ce spectacle à partir d'éléments de décor que nous pourrions récupérer. Nous souhaitions maginer des espaces pour les cinq acteurs.ices ainsi que pour une fable qui s'inventerait au plateau.

DE et AVEC - collectif L'Avantage du doute . Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Nadir Legrand, Maxence Tual.

SCENOGRAPHIE - Kristelle Paré

LUMIERES - Mathilde Chamoux

SON - Isabelle Fuchs

COSTUMES - Marta Rossi

CONSTRUCTION - Jean-Philippe Lamarque, David Simonet

PRODUCTION ADMINISTRATION DIFFUSION- Marie Ben Bachir

REGIE GENERALE - Jérôme Perez-Lopez

Photos

  • scénographie Encore plus, partout, tout le temps. Mélanie Bestel en toge, Maxence Tual devant un pan de mur rapiécé. Pénombre

    Encore plus, partout, tout le temps. Répétition Nîmes. 2020

    © Kristelle Paré

  • scénographie Encore plus, partout, tout le temps. Claire Dumas, Nadir Legrand, Judith Davis au téléphone fictif, plantées dans des amoncellements de vêtements

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • scénographie Encore plus, partout, tout le temps. Claire Dumas, Mélanie Bestel et Judith Davis sur un vestige de mur et une relique de colonne grecque. reliées par une corde qu'elles se transmettent. Pénombre ambrée

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • Encore plus, partout, tout le temps. 2 hommes penchés arborant de gros noeuds rouges sur leur postérieur. Ils déplacent un chassis au sol

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • Encore plus, partout, tout le temps. Judith Davis au piano, Maxence Tual portant un casque de buffle à corne. Vestige au lointain

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • Maxence Tual portant un grand voile de plastique en train de recouvrir tous l'espace scénique

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • Nadir Legrand en ours polaire surgissant sur cette mer de plastique qui recouvre la scène

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • Maxence Tual adossé à une parois rapiécée. Textile vert couvrant le sol. Un faisan à la fenêtre

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • Mélanie Bestel attablé sur fond de flore et de faune

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • Claire Dumas les 2 pieds dans un plateau de chip en botte de pluie. En arrière plan Judith Davis et Maxence Tual l'air absents

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

  • Nadir Legrand en duel tirant sur des fausses poule, de plumes giclent depuis l'arrière du vestige d'un mur.

    Encore plus, partout, tout le temps. Collectif l'Avantage du Doute. création 2020

    © Jean-Louis Fernandez

Acteur·rices du projet

Sont mis en avant les membres du Lab qui ont participé à la rédaction de cette fiche, mais l’équipe projet est plus vaste.

Éco-responsabilité du projet

0 Concevoir ensemble
1 Sélection des matériaux ayant le moins d’impact
2 Réduction de la quantité de matière
3 Optimisation des techniques de production
4 Optimisation de la logistique
5 Réduction de l’impact environnemental de la phase d’utilisation
6 Optimisation de la durée de vie du projet
7 Optimisation de la fin de vie du projet

© studio dazd – Augures Lab Scénogrrrraphie, d'après la roue de Brezet

0

Concevoir ensemble

1

Sélection des matériaux ayant le moins d’impact

2

Réduction de la quantité de matière

3

Optimisation des techniques de production

4

Optimisation de la logistique

5

Réduction de l’impact environnemental de la phase d’utilisation

6

Optimisation de la durée de vie du projet

7

Optimisation de la fin de vie du projet

Qu’est-ce qu’une démarche d’écoconception ?

L’écoconception répond à un cadre strictement défini par une norme et dont l’objectif est “d’obtenir un produit ou un service qui répond à un besoin fonctionnel et dont l’impact environnemental a été réduit de façon significative” (Pôle Écoconception). S’inscrire dans une démarche d’écoconception est une manière de tendre vers cet objectif dans un cadre autonome, plus adaptable et accessible. Tous les projets référencés ne sont pas considérés comme “écoconçus” au sens de la norme, mais comme “inspirants” au sens de l’intérêt de la démarche pour réduire ses impacts à différentes étapes du cycle de vie.

Pourquoi la roue de l’écoconception ?

La roue de Brezet est un outil stratégique couramment utilisé pour construire et analyser une démarche d’écoconception : il s’agit de donner un cadre de pensée autour des impacts en amont, pendant l’usage et en aval d’un projet. Plus précisément : le cercle intérieur définit le cycle de vie du projet ; le cercle extérieur définit les stratégies d’écoconception à chacune de ces étapes du cycle de vie. Pour un axe stratégique, plusieurs actions peuvent être mises en place. Les projets référencés vous en présentent quelques-unes, pour inspiration et partage d’expérience.


Vous trouverez ci-dessous l’évaluation de ce projet selon l’approche Brezet, regroupant les différents critères pris en compte et leur explication pour chaque axe de l’approche.

0. Concevoir ensemble

Mobilisation des métiers

Discussions collectives avec l'ensemble de l'équipe de création : méthode, sensibilisation, pistes de partenaires, choix et conséquences de ces choix. Le tout, de concert avec l'administratrice, acteurs-metteurs en scène, éclairagiste, créatrice costume, régisseur général, constructeurs.

Sensibilisation des équipes

L'ensemble des équipes étaient sensibles à la démarche de réemploi et au fait de l'intégrer au processus de création. Nous avons cherché des théâtres, compagnies, partenaires pour trouver les éléments scéniques dont nous avions besoin. Nous avons aussi cherché des éléments potentiels et inspirants dans les stocks constitués, au sein de ressourceries et de compagnies qui cédaient des éléments.

Programmation engagée

Par les sujets et les thèmes abordés par le spectacle. Les "donateurs" et la démarche sont aussi cités en début de spectacle par les comédiens.

Low tech

Les éléments scénographiques ayant nécessité de la modification et de la fabrication ont été réalisés à partir de réemploi. Ils ont été modifiés lors des résidences, sur place, grâce à un constructeur intervenant en atelier volant.

Temps adapté à l'écoconception

La préparation, la conception et la réalisation du projet ont duré 9 mois.

Conscience des impacts

Les envies de conception ont dû s'adapter à la disponibilité et l'adaptabilité des éléments que nous allions trouver. De nombreux allers-retours techniques et artistiques ont du être mis en place. Nous avons dû considérer les impacts liés à la récupération des éléments existants, au transport de ceux-ci et aux arbitrages qui nous semblaient plus favorables. Les différentes étapes des résidences, en co-production étant disséminées sur le territoire ont incrémétenté à la difficulté d'un ancrage territoriale auprès des différents interlocuteurs et questionné la proximité relative et la définition de "local".

Renoncement

Nous avons renoncé à trouver des toiles en réemploi. La nécessité de produire une certification d'ignifugation de ces éléments en réemploi s'est avéré trop complexe. Nous n'avons pas trouvé d'éléments ayant les caractéristiques nécessaires. Nous avons finalement fait confectionner la toile de fond et le réflecteur sur mesure.

1. Sélection des matériaux ayant le moins d’impact

Matériaux issus du réemploi ou de la réutilisation

- Les châssis sont issus du réemploi de le la scénographie de "Mayday" mis en scène de Julie Duclos, scénographie de Hélène Jourdan, compagnie L'In-Quarto - Les pongés de soie couvrant le sol sont issus du réemploi, compagnie G. Bouillon. - La toile peinte a été prêtée par le groupe Fantômas - Les amoncellements de vêtements sont issus de collecte auprès de l'association Emmaüs, Pantin - Les praticables sont empruntés auprès de chaque lieu d'accueil du spectacle - Les éléments de mobilier et gros accessoires sont issus d'achats de seconde main (auprès de particuliers ainsi que Cartel de Belleville, ressourcerie, collecterie, etc.) - 5% des matériaux utilisés ne sont pas issus du réemploi : toile de fond (16kg), toile réflecteur (15kg), patience (23,50kg), visserie, papier-peint (5 kg), divers (20kg)

Matériaux issus de ressources renouvelables

Bois Coton

Matériaux recyclables

Bois Coton Textile

2. Réduction de la quantité de matière

Réduction du poids et/ou du volume de matière

- Nous avons allégé les éléments de décor récupérés en termes de structure, pour que cela soit plus léger à transporter. - Nous avons troqué un sol recouvert de vêtement par un agencement vêtement + pongé de soie pour réduire le poids et le volume (environ 250 kg en moins)

3. Optimisation des techniques de production

Réparable

Éléments solides ne nécessitant pas de réparation, ou réparation légère réalisable par la régisseur.e plateau.

Production locale

Nous avons pu construire et effectuer les modifications lors des résidences de création. Notamment au Théâtre de l'Aquarium où nous avons pu monter un atelier volant sur place, en parallèle de la 2e étapes de répétitions. Lors de la dernière résidence, nous avons été accueillis au Théâtre de Nîmes, au sein duquel il y avait un atelier. Dirigé à ce moment par David Simonet, qui a su généreusement nous accompagner.

4. Optimisation de la logistique

Transport optimisé

Transport optimisé pour un véhicule en 20m3 dédié (au départ 2 véhicules étaient nécessaires) En tournée, l'équipe se déplace en train et transports en commun. Les caisses de transport ont été fabriquées à partir d'élément bois du réemploi du décor de Mayday.

Déplacement des artistes optimisé

Transport des artistes : train (transport collectif uniquement)

5. Réduction de l’impact environnemental de la phase d’utilisation

Econome en eau

Projet sans consommable

Quasi sans consommable : Un ballon latex par représentation Jeux de piles pour les micros HF

6. Optimisation de la durée de vie du projet

Réemploi ou réutilisation anticipés

Le don des éléments ne resservant pas au collectif est prévu à la ressourcerie du Théâtre de l'Aquarium

Durée de vie du projet allongée

Spectacle créé en 2020 Tournée en 2021-2022-2023-2024-2025

Réutilisation ou réemploi internes sur plusieurs projets

Dans la mesure du possible de certains éléments. Les éléments seront soit réutilisés en interne, soit donnés (cf. ci-dessus).

Bilan

Bilan d'évaluation du projet

Trois ans après sa création (2020), le spectacle est toujours en tournée. Le réemploi à l'approvisionnement est quasi intégral et la démarche scénographique a été un vecteur de sensibilisation et de transformation des pratiques.

Réemploi à l'approvisionnement

95%